Concepts

QField est conçu selon quelques principes clés :

Rester simple

Les besoins de saisie sur le terrain ne sont pas les mêmes qu’au bureau. L’écran est plus petit, les appareils et les tâches sont différents.

Le but de QField est d’aider l’utilisateur à réaliser ces tâches sans encombrer l’interface utilisateur. Seules les fonctionnalités utiles à la réalisation des tâches devant être effectuées sur le terrain sont disponibles. Tout le reste ne l’est pas.

Cela signifie que tout ce qui concerne la symbologie des couches, la définition des formulaires ou la configuration du projet devra être effectué au préalable sur un poste informatique avec QGIS.

Être compatible avec QGIS

QField est basé sur QGIS. Ce n’est pas une réécriture de QGIS, mais cela utilise les librairies de QGIS. Le moteur de rendu est le même que QGIS et le contenu de la carte sera par conséquent identique entre un appareil mobile et un ordinateur de bureau.

Si une option de configuration est disponible dans le projet QGIS, il ne sera pas nécessaire de la réécrire. QField utilise les mêmes widgets d’édition que QGIS. Si un projet est configuré avec QGIS desktop, il fonctionnera sur un appareil mobile.

Ces concepts guident le développement de QField, mais n’ont pas encore tous été implémentés.

Basé sur les “modes” de fonctionnement

QField est construit sur des “modes”. Ces modes sont similaires aux outils de carte dans QGIS desktop. Un mode définit une tâche qu’un utilisateur est en train de réaliser. Soit l’utilisateur navigue au travers des données, soit il numérise de nouvelles données.